Un peu d’édito dans ta communication

Savoir écrire et bien écrire est tout un art. Parfois difficile, j’ai longtemps eu des complications face aux mots ayant des soucis de syntaxes. Et puis, les fautes pour avoir écrit un mémoire on en fait tout le temps ! Mais le métier de communicant si il faut une aisance oral (et j’y reviendrais) il faut aussi retranscrire cela à l’écrit.

Le rédactionnel est visible sous différentes manières : via la newsletter, la stratégie digitale, l’édito des posts, l’édito de process, de vidéo, etc. On doit tout mettre à plat avant de passer à l’action. Et ça n’a rien de simple. Chaque communicant ou communicante aura sa méthode. Pour certains, ils couchent sur le papier l’ensemble de leurs posts une semaine à l’avance, pour d’autres c’est sur l’instant. Il n’y a pas une façon de faire (comme il n’y a pas de bons ou de mauvais moments vous avez la réf’ ? ) par contre il faut savoir trouver tout de suite son rythme et son ton.

La tonalité de votre édito 

Chaque client est unique, comme chaque CM. Et parmi ça, il faudra trouver pour chacun et trouver en soi la tonalité qui conviendra au sujet de communication. Je m’explique. Moi en tant que personne et en tant que CM, j’ai un ton dans mon écriture. J’ai ma patte, ma touche et on me reconnaît pour cette dernière. Pour un client, il y a un ton à avoir en lien avec la marque : formel, fun, amical, etc. Il faudra dès lors cibler et comprendre quel est le ton adéquate si le client ne le sait pas encore. Puis s’adapter entre cette tonalité choisie et la sienne. Et croyez-moi ça n’a rien de simple. Je vais prendre un exemple avec l’un de mes clients Anonyme. J’ai eu beaucoup de mal à rédiger les posts, à comprendre sa façon de communiquer et comment la retranscrire. Il y a des moments comme cela où l’on se remet en question et l’épreuve devient finalement très intéressante !

Prendre le temps d’écrire

Ce conseil parait d’une banalité mais il est pourtant bien utile. A mes débuts, j’ai souvent par précipitation et passion, écrit à la va vite mes posts. Parce que je suis quelqu’un de speed et puis finalement un post ça prend 5 minutes non ? Bonne réponse, c’est non ! Pour un post vous pouvez compter une bonne heure : pour l’écrire, le relire, l’adapter aux différents réseaux, trouver le visuel, adapter le visuel, mettre les hashtags, etc ! Il ne faut jamais se précipiter.

Mais attention tout dépend du contexte ! Il m’est arrivé souvent lors d’événements au Comics Corner ou au Dernier Bar avant la Fin du Monde de faire des posts notamment sur Twitter pour capter un moment, une position, un public ou une phrase. Il faut savoir quand poster, s’il sera percutant ou éphémère.

C’est toute une réflexion de l’esprit qui s’acquière avec le temps…ne soyez pas pressé !